Aptitudes personnelles

Bilans de compétences et formation

Développement de la personnalité

L’analyse transactionnelle.
La PNL.
La morphopsychologie
La graphologie.
Les tests.
Le CV
Les aptitudes

Techniques d’expression et de communication

La lecture rapide.
La technique d’observation.
Le résumé, synthèse, compte rendu, rapport.

Organisation et méthodologie.
Créativité
Problématique
Psychologie cognitive

Logique
Envie
Compréhension
Culture
Capacité
Management
Efficacité
Leadership

img
img
img

La démarche d’organisation

L’état des lieux :

  • Tout s’empile.
  • C’est où ?
  • Mince, j’ai oublié !
  • Je n’ai pas le temps !
  • Le royaume des Post-it
  • Pourquoi tu ne me l’as pas rappelé ?
  • J’étais sûr que tu l’avais commandé !
  • Tu ne l’as pas facturé !
  • Je n’ai rien retrouvé !

Le constat d’une mauvaise organisation:

  • L’inorganisation coûte du temps et de l’argent.
  • L’entreprise ne peut être dépendante d’individualité.
  • L’absence d’organisation s’oppose à la réactivité.
  • La duplication de l’information n’est jamais profitable.
  • Les coûts de fonctionnement ne sont pas maîtrisables.
  • Les charges induites réduisent les résultats.
  • Les NTIC augmentent le volume d’information.
  • L’accélération du temps amplifie le phénomène
  • La carence d’organisation augmente et normalise le désordre.

La méthode :

  • Faire le « ménage » !
  • Etudier la circulation de l’information.
  • S’attacher à régler l’essentiel.
  • Instaurer une méthode commune d’organisation.
  • Définir une place pour chaque chose.
  • Structurer et normaliser les dossiers.
  • Etablir des règles et obligations de chacun.
  • Modéliser la prise de notes et le suivi des dossiers.
  • Définir les procédures d’échéances.

Le constat d’une mauvaise organisation:

  • L’organisation -> l’image de l’entreprise.
  • La réactivité de l’entreprise !
  • Le plaisir de travailler dans le propre !
  • La sérénité des échanges !
  • L’amélioration du cadre de travail.
  • Une efficacité retrouvée.
  • Une plus grande disponibilité.
  • Un bien meilleur respect des objectifs et des engagements.
  • Une réelle augmentation des résultats.
L’utilité d’une représentation opératoire
Les éléments déclencheurs
Méthode de résolution de problème

Quelle est sont origines ?
Dysfonctionnement ? Objectifs ?
Quelles sont ses conséquences ?
Est-il urgent de le résoudre ?
Quel type de solution nécessite-t-il ?

Quelles causes ?
Techniques ? Humaines ? Organisationnelles ?
Quelle importance ? (statistiques)

Quels résultats faut-il atteindre ? Quand ?
Avec quelles contraintes ? (budget, effectif…)

Quelles sont les solutions envisageables ?
– solutions techniques (matériel, postes de travail…)
– solutions comportementales (information, formation)
– solutions organisationnelles (structure, procédures…)

Expliciter la nouvelle organisation : instructions,
consignes, modes opératoires, planning.

Informer mes personnes concernées :
notes de services, réunions

Mettre en place les moyens de contrôle des résultats.
Procéder aux réajustements nécessaires.

img

Le subjectif et la créativité

  • Le subjectif, ce n'est pas normal !
  • Le comportement subjectif n’est pas avouable bien que toujours réel.
  • Juger c’est jauger, donc comparer et non pas condamner.
  • La créativité ( l'imagination au cœur de l'entreprise)
  • Détecter, organiser et maîtriser les critères d’analyse de l’entreprise.
  • Quantifier et représenter le “mapping" de positionnement de l'entreprise.

Le subjectif

  • Inavouable réalité
  • Domaine de l'arbitraire

– Les préjugés
– La discrimination
– La 1ère impression

  • Poids des apparences

– Le pouvoir du beau, le physique
– L'influence des standards
– La symétrie
– La mondialisation des apparences
– Les codes, les modes, le look

  • Séduire

– Améliorer l'aspect pour le rendre désirable
– Se faire “apprécier" le + rapidement

  • Culpabiliser

– Prendre à témoin pour justifier une démarche, une action.
– Appuyer sur “la corde sensible".
– Influencer ou orienter le jugement.
– Réclamer votre accord, votre participation.

 Gottlieb Guntern " les 7 règles d'or de la créativité

Le mécanisme de la reconnaissance

  • Jugement identique / différent
  • Appartenance à un modèle
  • Forme, aspect (nouveau ou déjà vu)
  • Possible / impossible

Extuition et Intuition

  • Dans un domaine donné on fera préférentiellement appel à l'intuition dans les cas suivants :

– Expérience limitée, voire nulle, du domaine.
– Situation confuse.
– Situation chaotique ou agitée.
– Informations disponibles mal définies, incomplètes, qualitatives, en contradiction les unes par rapport aux autres.

  • Dans des contextes inverses :

– On fera appel à l'extuition.
– A l'opposé de l'intuition, qui est une approche holistique, l'extuition appréhende la réalité de façon analytique et dualiste. Mais dans la réalité, les situations sont loin d'être tranchées.
– En excluant toute évaluation intuitive d'une situation, on ne mesure pas l'importance des critères subjectifs de “l'homme", de ses envies, ses motivations et son comportement …

 Gottlieb Guntern " les 7 règles d'or de la créativité

img